Us et Coutumes

 

 

 Ce lexique, pour être réalisé, a bénéficié des connaissances de nos anciens et s’est inspiré de la documentation disponible sur internet ainsi que du « Vocabulaire de la Chevalerie » édition Janvier 99, du Conseil des Chevaliers de la Famille de Beauté.

Ce lexique n’est pas exhaustif, les fabricants proposent régulièrement des innovations qui portent des noms nouveaux tels que VBar, stabilisateurs, amortisseurs, klicker, berger-button Etc… que nous employons régulièrement pourvu qu’ils définissent le sens exact de leur utilisation.

 

 

***************

   

Première partie

 

 

Principaux termes, issus de la tradition et encore en usage de nos jours

 

. Alignement.

         Axe vertical de l’arc sur lequel  la corde est alignée.

 

. Allée.

        On distingue :

                     –l’allée du Roi: Celle dans laquelle a été abattu l’oiseau et que seul le Roi  a le droit de parcourir et l’obligation d’entretenir (Comme est fait le jeu à Vincennes les deux allées entre chaque buttes maîtresses et d’attaques sont appelées  » allées du roi  » et les deux ne sont praticables que par le roi).

                                -L’allée des Chevaliers: Elle est parallèle à l’allée du Roi et permet d’aller de la butte maîtresse à la butte d’attaque et de revenir. Elle peut également, comme c’est le cas à Vincennes, être appelée allée centrale ou de dégagement puisque le jeu comporte deux allées de tir et qu’elle est située au milieu. C’est la seule qui puisse être parcourue par tous les tireurs, sur toute sa longueur.

 

. L’allonge

         L’allonge correspond à la longueur de la flèche qu’un tireur doit utiliser pour avoir un tir correct.

 

. Archer

         C’est un Aspirant qui a été jugé apte à tirer à 50  mètres par ses pairs.

 

. Aspirant

         Nom donné à tout nouveau membre de la Compagnie, tant qu’il n’a pas été jugé apte à tirer à 50 mètres.

 

. Band.

         Distance entre le milieu de la corde et la poignée de l’arc.

 

.Bander.

         C’est mettre la corde en tension sur l’arc.

 

. Bandoir.

        Accessoire pour bander l’arc.

 

. Béat.

         Archer qui tire alternativement dans l’une ou l’autre équipe lorsque le nombre de tireurs est impair.

 

. Beursault

        Voir deuxième partie où le tir Beursault et les termes qui s’y rattachent  y sont développés.

 

. Bouquet Provincial .

         C’est une fête régionale et traditionnelle organisée par une compagnie d’arc, issue des rencontres festives des archers de deux seigneuries au moyen age.

          Toute compagnie ou club se doit d’y prendre part et de participer au défilé, tirs traditionnels, cérémonies, banquets, discours etc…….organisés à cette occasion.

           Les compagnies et clubs des régions Ile de France, Picardie..etc ..qui ne présentent pas leurs drapeaux à la parade du Bouquet ne peuvent prendre part au tir du bouquet et ne peuvent présenter de tireurs aux championnats de France ; pour les autres régions, cette règle ne s’applique pas.

 

. Bracelet.

            Dispositif de protection de l’avant bras contre les coups de la corde.

 

. Branches.

             Parties flexibles supérieures et inférieures de l’arc.

 

. Brassard.

              Extension du bracelet protégeant le bras contre les coups de la corde, entre le coude et l’épaule.

 

. Butte de tir.

              Equipement sur lequel sont fixées les cartes, cibles ou blasons et dans lequel vont se planter les flèches.

              On distingue :

                         -Butte maîtresse: la plus proche du Logis.

                                      – Butte d’attaque : la plus éloignée du logis. C’est vers celle-ci que l’archer lance sa première flèche d’un tir.

 

. Capitaine.

              Titre désignant le responsable d’une compagnie de tir à l’arc.

              Il porte dans les cérémonies officielles une écharpe de couleur bleue.

 

. Carquois.

              Etui portatif contenant les flèches et autres petits matériels.

 

. Carte ou Blason ou cible .

         Chaque carte à une destination bien précise et a valeur de marque.                             

               On distingue dans les plus utilisées :

                          – Les cartes Beursault (fond blanc cercles noir ) sur lesquelles se pratiquent les Prix  Généraux, les tirs d’amusements , « parties de jardin » , les parties de deuil, le tir de l’Abat Oiseau, le tir de la Saint Sébastien et certains prix particuliers (prix du Roi, du Connétable, de Chevalier, prix d’hiver etc.….)

Mis à part les Tirs Traditionnels et les championnats, ces cartes sont en général décorées selon les souhaits de l’organisateur.

                                      – Les cibles Anglaises dites de Couleurs sur lesquelles se pratiquent les tirs en salle, les tirs Fédéraux, Fita, Fita Star, Fita Salle, Olympique qui s’échelonnent de 18 à 90 mètres. Le diamètre des cibles est approprié aux distances de tirs.

                                      – Les cibles Campagne (noir et jaune) sur lesquelles se pratiquent des tirs de parcours à des distances s’échelonnant de 5 à 60 mètres et sur des cibles d’un diamètre approprié aux distances.

                                       –Les cibles animalières et 3D sur lesquelles se pratiquent des tirs de parcours à des distances s’échelonnant de 5 à 60 mètres et sur des cibles d’un diamètre approprié aux distances.

 

. Censeur :

                   C’est un Chevalier qui a la charge de faire respecter le règlement et les traditions dans l’enceinte de la Compagnie

 

. Compagnie d’arc.

                   Une compagnie d’arc est une association sportive dont l’objet est la pratique du tir à l’arc. Elle accueille des archers dont la volonté est de pratiquer ce sport dans le respect des traditions du « noble jeu de l’arc ».

 

. Connétable.

                   Titre honorifique, décerné à vie par une Compagnie à une personne, en remerciement des services personnels rendus à cette Compagnie ou de ses résultats sportifs. Il porte dans les cérémonies officielles une écharpe de couleur violette.

                    Le connétable peut ne pas être membre de la compagnie, mais ce titre ne s’attache qu’à la compagnie qui  l’a décerné.

 

. Corde.

                   Assemblage de fibres, muni à chaque extrémité d’une boucle permettant qu’elle soit fixée à la poupée des branches.

 

. Corne.

                  Extrémité de branches, appelée aussi «  poupées ».

 

. Couper.

           C’est placer une flèche plus proche du centre de la cible que celle des autres archers.

 

. Débander.

                 Oter la corde de l’arc.

 

. Débutant.

                 Celui qui a été admis en Compagnie il y a moins d’un an.

 

. Décoche.

                 Lâcher de la corde pour lancer la flèche.

 

. Détalonnage.

                 Point d’encoche sur la corde par rapport au repose flèches.

 

. Dragonne.

                 Courroie ou cordelette permettant à la main d’arc d’enserrer la poignée d’arc sans crainte de voir l’arc tomber au départ de la flèche.

 

. Drapeau.

                 Emblème, signe de ralliement d’une compagnie, d’une famille ou d’une ronde.

                 Le terme drapeau est également utilisé pour désigner une flèche qui pend devant la cible (flèche en drapeau).

 

. Echarpe.

                 Décoration distinctive portée à l’occasion de manifestations par un : Connétable, couleur violette ; Capitaine, couleur bleue ;  Empereur, couleur verte ;  Roi, couleur rouge ; Roitelet, couleur jaune.

 

. Elève.

                Celui qui est admis en école de tir.

 

. Empennage.

               Ensemble des ailettes fixées au talon d’une flèche pour en stabiliser le vol.

 

. Empereur.

                Titre obtenu lors du tir de l’Abat Oiseau par l’archer qui abat l’oiseau pour la troisième fois consécutive dans la même compagnie. Titre qui n’a de valeur et qu’il garde à vie tant qu’il reste au sein de la Compagnie où il l’a obtenu. S’il venait à la quitter, pour quelque raison que ce soit, il perdrait son titre et ne pourrait le récupérer, s’il y revenait, qu’après avoir, à nouveau, réalisé trois années consécutives l’Abat Oiseau.

                 L’Empereur porte lors des cérémonies officielles une écharpe de couleur verte.

 

. Encoche.

                  Accessoire permettant à la flèche de s’adapter à la corde

                                                                                                                                                                                                                                                                                                   . Enferron.

            Extrémité pointue de la flèche. A préférer au terme « pointe ».

 

. Entrant.

                   Tireur qui vient s’ajouter à un peloton.

 

. Famille.

                   Regroupement de compagnies d’arc ou de chevaliers.

 

. Fenêtre.

                  Partie évidée au centre de l’arc, permettant le centrage de la flèche sur l’arc.

 

.Garde.

                  Protection, placé de chaque côté d’une allée de tir.

 

.Gare.

                  Avertissement d’un tireur indiquant qu’il va débuter ou reprendre un tir.

 

. Groupement.

                  Ensemble des impacts d’une volée de flèches.

 

. Impact.

                  Point touché par la flèche.

 

. Jeu d’Arc ou Jardin d’Arc

                  Nom donné à un terrain aménagé pour le tir à l’arc au sein d’une compagnie abritant un jeu de beursault.

 

. Lâcher.

                  Action d’ouverture des doigts et recul de la main de corde qui amène la libération de la corde et de la flèche.

 

. Logis.

                  Local près du jeu d’arc qui tient lieu de salle de réunion et de repos pour les membres de la Compagnie. Peut aussi être appelé  salle de garde.

 

. Marqueur.

                  Archer habilité à noter les résultats.

 

. Mort.

                   Faire un mort, se dit d’une flèche qui n’atteint pas la butte de tir  et qui se fiche en terre ou dans une garde.

                   Il n’est pas d’usage de « tirer sur un mort » .Le tir doit être suspendu tant que le tireur n’a pas récupéré sa flèche.

 

 . Nasette.

                   Repère de corde venant se placer sur le devant du nez du tireur à pleine allonge.

 

. Palette.

                   Petit matériel en cuir servant à protéger les doigts de la main de corde.

 

. Panton.

                   Ancien terme utilisé pour désigner la carte Beursault.

 

. Pas de tir.

                   Marque qui indique l’endroit où doivent se placer les tireurs.

                   Désigne également la distance de l’emplacement des tireurs jusqu’au cibles, exemple pas de tir à 50 m.

 

. Perche.

                   Mât pouvant atteindre 30 m en haut duquel sont placés des objets en forme d’oiseaux, de poules et au sommet un objet en forme de coq appelé Papegay.

 

. Permission.

                   Demande faite par un archer qui souhaite bander son arc dans le logis ou pour rentrer dans le logis pour démonter son arc.

 

. Plastron.

                   Accessoire protégeant la poitrine qui évite le frottement de la corde sur des vêtements amples.

 

. Poignée.

                  Partie de l’arc que l’on tient pour tirer.

 

. Poupée.

                  Extrémité de la branche, appelée aussi «  corne » où se place l’œillet de la corde.

 

. Présenter une flèche

                 On présente une flèche, enferron vers le sol, en laissant un espace suffisant entre les plumes et sa main,   pour qu’un  archer puisse s’en saisir, entre la main qui la lui présente et l’empennage.

 

.Réparation.

                 Demande faite par un archer qui souhaite entrer dans le logis avec l’arc bandé pour y effectuer une réparation.

 

. Repose flèche.

                 Petit matériel en plastique ou en métal servant d’appui à la flèche.      

 

. Roi.

                Titre obtenu pour un an lors du tir de l’abat oiseau par l’archer qui a abattu l’oiseau.

                 Le roi a le pas sur tout le monde, on lui doit respect et honneurs, il est exempté de toutes amendes. Il se doit de montrer l’exemple pour le respect des règles et des traditions.

                 Le roi lors des cérémonies officielles porte une écharpe de couleur rouge.

 

. Roitelet.

                 Titre obtenu pour un an lors du tir de l’abat oiseau par le jeune tireur (- de 18ans) qui abat l’oiseau. Le Roitelet, de Vincennes , dans les cérémonies officielles, porte une écharpe de couleur jaune.                                                       

 

. Ronde

                  En Ile de France, union de Familles.

                  En Picardie, regroupement de compagnies et de clubs d’une même région.

 

. Saint Sébastien .

                  Saint patron des archers. Il est honoré lors d’un tir commémoratif chaque année le dimanche qui suit la saint Sébastien ( 20 Janvier ). 

 

. Salut.

                  Formule de politesse utilisée par l’archer qui souhaite débuter son tir. Cette formule de politesse doit être utilisée avant chaque nouveau tir, pour mettre en garde l’assistance et la saluer. Le tireur salue par l’expression « Mesdames Messieurs je vous salue ». Les archers présents répondent  par l’expression « salut ».

                 A la fin d’un tir il convient également de saluer les buttes par respect et en mémoire des archers de la compagnie disparus (tirer une flèche en aller retour).

 

. Séquence de tir.

                  Ensemble des actions que réalise l’archer lors du tir.

 

. Sucette.

                  Repère de corde venant se placer entre les lèvres du tireur à pleine allonge.

 

. Tiller.

                  Distance entre le point de contact poignée/ branche et la corde.Le tiller haut doit être supérieur de 2 à 8 mm au tiller bas.

 

. Tranche fil.

                  Garniture de protection consistant en un enroulement de fil au centre et aux boucles de la corde.

 

. Tronc.

                  Tirelire qui recueille les amendes versées à la demande du censeur ou d’un chevalier.

 

. Visette.

                  Repère de corde pour arc à poulies favorisant la visée.

 

.Volée.

                  Ensemble de flèches tirées successivement sans quitter le pas de tir.

 

 

 

Deuxième partie

 

Le tir Beursault.

 

 

        Traditionnellement et par mesure de sécurité ce tir se pratique à une flèche en aller et retour et à une distance de 50 mètres, sur une carte Beursault ( fond blanc cercles noirs ).

        Toutefois, à titre exceptionnel et après en avoir fait la demande auprès des  tireurs présents sur le pas de tir et avoir reçu leur accord, le tireur qui le souhaiterait pourra pratiquer ce tir à deux flèches.

        La seule exception de distance de tir qui soit possible, autorise les jeunes (- de 18 ans) qui veulent participer au tir du Roitelet, de le tirer à une distance de 30 mètres, dès l’instant ou ils sont jugés aptes à tirer à cette distance.

        Il est de tradition que la première halte se tire tête couverte et soit tirée de la butte maîtresse vers la butte d’attaque.

 

  1. A) Principaux termes employés dans la pratique du Tir Beursault.

. Abat oiseau ou Abat l’oiseau.

            C’est un tir traditionnel annuel qui se pratique sur carte Beursault à 1 flèche en aller et retour. En son centre est fixée la représentation d’un oiseau.

                    L’archer qui abat l’oiseau est proclamé Roi ou Roitelet de la compagnie, titre qu’il conserve jusqu’au prochain tir de l’abat oiseau.

                    Il y a préséance dans l’ordre de tir ; Dignitaires (empereur, roi, connétable), capitaines, officiers Chevaliers et archers .

 

. Bague.

                     Cercle mince entourant le noir central de la carte ou du marmot.

 

. Balade.

                      – Grande balade : désigne l’avant dernière halte d’un concours.

                       – Petite balade : désigne la dernière halte d’un concours.

 

. Brasse.

               On distingue quatre brasses comprises entre le grand et le petit cordon de la carte.

               La quatrième brasse est celle la plus proche du petit cordon.

 

. Brûlé.

                        Impact touchant la limite de deux zones (grand cordon et petit cordon ).

                        Terme principalement employé lorsque l’impact touche le cordon extérieur de la carte, dans ce cas le coup est compté nul.

 

. Chapelet.

               Terme employé pour faire le décompte du nombre de douleurs et de noirs cumulés. 

 

. Cordon.

                        On distingue :

                        Le Cordon doré:limite extérieure de la carte d’un bouquet, à l’intérieur du grand cordon.

                        Le Grand cordon : limite extérieure de la carte ordinaire.

                        Le Petit cordon : limite du chapelet sur la carte Beursault ou sur le marmot.

 

 . Couvrir.

                       Action d’un archer qui vient de tirer sa flèche et reste sur le pas de tir en attendant le retour du tireur suivant .On dit alors que l’on couvre le pas.

 

. Douleur.

                       Nom donné au coup réalisé dans le petit cercle d’une carte ou d’un marmot, tant qu’il ne touche pas le petit cordon, ni le noir. L’homme de garde annonce ce type de coup en criant : « Douleur ».

 

. Elle est bonne.

                      Annonce faite par l’homme de garde lorsqu’un coup est fait dans le noir.

 

. Entrant.

              Se dit d’un tireur qui souhaite intégrer un peloton de tir. L’archer doit en faire la demande aux tireurs présents du peloton, en disant à haute voix « Un entrant » et attendre leur accord avant d’intégrer le peloton de tir .Il prendra la place de l’avant dernier tireur du peloton. Il commencera son tir de la butte maîtresse vers la butte d’attaque.

 

. Finir en chevalier.

                      C’est faire un honneur lors de sa dernière flèche.

 

. Garde Panton.

                      Dernier tireur d’un peloton, restant à proximité du pas de tir qu’il vient de quitter, il ne rejoint l’autre pas de tir que lorsque le premier du peloton où l’homme de garde sera venu le relayer.

 

. Halte.

                      Terme employé pour désigner un tir en aller et retour (1 halte = 1 aller et 1 retour).

 

. Homme de garde :

                       Archer, qui, lors d’un tir dans le jeu, assure la sécurité et procède aux annonces, aux marques, aux piges, à la relève des marmots et à la mise en place d’un nouveau marmot.

 

. Honneur.

                       Faire un honneur ou « être au prix » se dit d’un coup réussi à l’intérieur du grand cordon sans le toucher.

 

. Honteux.

                      Le dernier archer primé lors d’un Prix Général. Il perçoit le solde monétaire de la distribution après la remise des prix au noir.

 

. Jardin.

                      Synonyme de jeu d’arc mais implique un cadre de verdure.

 

. Jeu d’arc.

                      Terrain aménagé pour le tir à l’arc sur lequel sont édifiées les installations d’une Compagnie, entre autre un jeu de Beursault.

 

. Il est là.

                      Annonce faite par l’homme de garde après remplacement d’un marmot permettant la reprise du tir. Les archers qui reprennent le tir se doivent de remercier par l’annonce : « merci chevalier ».

 

. Marmot.

                      Petite carte qui reproduit le centre d’une carte beursault et qui se fixe au centre de la carte.

                      Elle permet de relever et de mesurer les coups au noir si toutefois l’impact est  au maximum à 20 millimètres du centre. Ce coup, en général, s’annonce par l’expression « elle est bonne ».

 

. Mise.

                      Droit d’inscription réglé par l’archer pour participer aux tirs ; un prix général par exemple.

 

. Mouiller la corde.

                     Arrêt volontaire du tir pour faire une pause.

                     On ne peut « mouiller la corde » qu’après avoir « vidé les mains » (voir plus loin)

 

. Noir.

                     Cercle de 20 millimètres de rayon au centre de la carte ou du marmot.

                     Faire un noir. Signifie que la flèche touche ou est  située dans le noir.

                     Faire un noir bagué. Signifie que la flèche touche le petit cercle qui entoure le noir.

 

. Oiseau.

                     Objet en forme d’oiseau, de la taille du pouce, les ailes et les pattes serrées contre le corps , ne faisant aucun relief, placé sur le noir de chaque carte lors du tir de l’abat l’oiseau.

 

. Partie de jardin

                     Tir traditionnel pratiqué dans un jeu de Beursault.

                      On distingue :

                   –Partie de jardin amalgamée .Se dit d’une partie dans laquelle se réunissent des tireurs de différentes Compagnies. Elle se tire à des occasions exceptionnelles, par exemple inauguration d’un jeu.

                   -Partie de jardin ordinaire. Se dit d’une partie amicale disputée entre membres d’une même Compagnie.

                   –Partie de deuil. Se dit d’une partie tirée à la mémoire et en l’honneur d’un Chevalier ou  d’un archer décédé. Elle se tire après la cérémonie des obsèques, dans la Compagnie du Chevalier ou de l’archer disparu. Tous les archers, Chevaliers ou non, peuvent prendre part au tir.                                             

 

. Peloton.

                       Groupe d’archers tirant ensemble sur un même jeu ou en compétition (tir en campagne par exemple).

 

. Penotte.

                       Impact au noir central.

 

. Piger.

                       Mesurer la distance qui sépare le coup au noir du centre du marmot.

 

. Prix.

                On distingue :

                       –Etre au prix (ou faire un honneur) : Se dit d’un coup fait à l’intérieur du grand cordon de la carte (cordon extérieur), sans le toucher.

                       –Prix Général : Tir amical traditionnel à 50 mètres, qui permet d’accueillir sur plusieurs semaines les tireurs des  autres compagnies. Tous les tireurs de la compagnie organisatrice, s’ils sont aptes à tirer à 50 mètres, se  doivent de tirer ce prix ou d’en acquitter la mise en cas d’impossibilité de tirer. Il se tire en 30 haltes.

                       –Petit prix : Se dit aussi Prix Spécial, prix qui se tire en même temps que le prix général et permet   l’attribution d’une prime aux deux noirs.

                       –Prix Particulier :Prix dont le règlement est laissé à l’initiative de la compagnie organisatrice.

                       –Prix de Chevalier : Prix organisé traditionnellement par un chevalier après sa réception.

                       -Prix du roi : Prix organisé traditionnellement par le roi avant le prochain abat oiseau.

 

. Rognette.

                        Se dit d’une partie de jardin en 12 points gagnants.

 

. Roulez :

                        Annonce faite par l’homme de garde qui a suspendu le tir pour vérifier la validité d’un coup et permettre ainsi   la reprise du tir.

 

Se vider les mains.

                        Expression utilisée quand un peloton décide d’interrompre son tir en cours de partie. L’arrêt ne peut se faire qu’après que chaque tireur ait tiré sa flèche sur la butte d’attaque. Les arcs sont déposés sous la butte maîtresse, les flèches restent sur la butte d’attaque jusqu’à la reprise du tir.

 

. Rhumatisme (Rhuma).

                        Terme fantaisiste. Se dit d’un coup qui touche le petit cordon. Nous devrions dire brûlé.

 

. Sortant.

                        Expression utilisée par un tireur qui souhaite quitter un peloton en cours de tir. Il doit en faire la demande en disant à haute voix « un sortant ». Avec l’accord des tireurs, il quittera le peloton  après avoir tiré sa flèche de la butte d’attaque vers la butte maîtresse.

 

 

 

  B.).Coup au Noir.

                       Selon la qualité de l’éclairage sur le pas de tir, ou si des flèches ou tout autre obstacle masque l’estimation rigoureuse d’un coup au noir, il est préférable d’arrêter par sécurité le tir en criant « elle est bonne », le plus fort possible à l’arrivée de la flèche et permettre ainsi la vérification du coup litigieux.

               Avant de s’engager devant la cible, l’homme de garde agite un signal rouge ou à défaut un marmot enfilé sur une flèche. Il s’assure que l’ordre de suspendre le tir a bien été compris des tireurs en contrôlant dans le miroir qu’aucun tireur ne s’apprête à tirer.

                       Il est conseillé de prendre toutes les précautions possible sachant que l’appel « elle est bonne » n’est pas forcément entendu par le tireur qui suit celui qui vient de faire le coup.

               Même si le noir n’est pas mesurable (20 millimètres) il reste préférable de changer le marmot pour éviter qu’une autre flèche ne vienne se ficher au même endroit, rendant ainsi difficile la pige du coup.

 

            Si le noir est bon, il faut :

               1° Enlever l’ensemble flèche et marmot de la carte. (Tête découverte et sans cigarette)

               Pour se faire, il faut :

  • Retirer ou faire retirer les flèches gênantes.
  • Enlever les fiches qui fixent le marmot à la carte.
  • Passer  une main derrière le marmot afin de maintenir ensemble entre les deux mains, la flèche et le marmot.
  • Retirer doucement le tout, en prenant bien soin de ne pas agrandir l’impact

 

        2° Présentation du noir au tireur.

L’homme de garde  présente au tireur le marmot qu’il convient de lever en cachant l’impact avec sa main.

Maintenir l’ensemble entre les doigts de la main placés à plat sur le marmot en masquant le coup fait. La flèche (empennage sur le dessus) passée entre les doigts.

On présente le tout en disant « Félicitations Chevalier ».

Le tireur récupère sa flèche, aussi droit que possible pour ne pas déformer l’impact, en disant «  Merci Chevalier « 

Cette pratique est traditionnelle au Beursault. Aussi il est admis que l’on tienne ce langage même si le tireur et/ou l’homme de garde ne sont pas Chevalier.

Le marmot sera alors conservé par l’homme de garde pour procéder ensuite à la mesure du coup réalisé.

 

         3° Remplacer le marmot. (Tête découverte et sans cigarette),

Il convient d’en avoir un à portée de mains pour ne pas avoir à ressortir du jeu et laisser ainsi le pas de tir vide avant que le changement de marmot ne soit terminé.

Vérifier, avant d’enficher le nouveau marmot, que notre position nous permette de quitter le pas de tir sans passer devant le marmot enfiché pour éviter de couper la ligne de tir.

Après avoir installé le nouveau marmot, indiquer du doigt le noir aux tireurs, en leur disant à haute voix «  il est là ». Il devra donc toujours faire son annonce « Il est là » qu’après s’être placé entre la carte et la sortie de la butte.

Les tireurs en attente répondent « merci chevalier », permettant à l’homme de garde de s’assurer que son appel a bien été reçu, et qu’il peut alors quitter le pas de tir.

Cette annonce indique que le tir peut reprendre.